Les contraintes de la communication par Internet 


Lorsqu'une relation s'établit ou se développe à travers le réseau Internet, elle est limitée par un cadre qui lui impose des contraintes bien précises. Ces contraintes sont à la fois des avantages et des inconvénients du point de vue du développement de l'intimité.  

Bien sûr, les limites imposées par ce cadre sont différentes selon l’outil utilisé. L'échange de courrier électronique, les listes de discussion, les forums ("newsgroups" ou babillards), les sites de bavardage ("chat") et les environnements de bavardage structurés offrent des possibilités et imposent des contraintes différentes.  

Chacun de ces cadres mérite d'être étudié séparément, mais tous reposent plus ou moins exclusivement sur un échange par écrit. Pour cet article, nous allons étudier les dimensions de la communication qui s'appuient sur le courrier électronique ou ses équivalents. Ceci inclut les listes de discussion, les forums de discussion, de partage, d'entraide ou de support ainsi que l'échange de courrier électronique. 
 

Les caractéristiques les plus importantes des communications par courrier électronique sont l'absence des indices non-verbaux avec le manque et la création d'information. 


L'absence des indices non-verbaux 
 

  • Manque d'information 


Le courrier électronique nous force à communiquer dans un environnement appauvri car il exclut les dimensions non verbales du contact avec l'autre. Nous ne voyons pas les réactions de notre interlocuteur pendant que nous lui "parlons". En plus, nous ne pouvons pas pr éciser et enrichir notre message comme nous avons l'habitude de le faire en ajustant le ton et le volume de notre voix, en ajoutant des mimiques qui indiquent le sens réel de ce que nous disons, en laissant voir par notre posture ou nos gestes nos réactions à ce que nous disons. En somme, l'expression par courrier électronique se fait un peu "dans le noir". Nous manquons d'information sur plusieurs aspects interpersonnels de notre situation. 


  • Création d'information 

Nous manquons donc d'information importante lorsque nous communiquons par courrier électronique. Comme toujours lorsque nous n'avons pas les éléments pour comprendre notre situation, nous avons tendance à inventer pour combler les vides. Le manque d'information nous invite à ajouter les aspects que nous ne connaissons pas et c'est notre imagination qui nous permet de le faire.  

 

Par exemple, on lit souvent le texte d'un ami en imaginant le ton avec lequel il le dirait, en se rappelant son visage, en revoyant ses mimiques ou ses attitudes corporelles typiques. Mais lorsqu'il s'agit d'une personne avec laquelle nous n'avons pas cette familiarité, nous ne pouvons nous fier à nos souvenirs. Nous imaginons alors le ton et les mimiques qui correspondent à ce que nous comprenons du message. 


Les conséquences pour les relations

 

Voici une liste de caractéristiques qu'on rencontre souvent dans les relations qui sont développées sur Internet. Elles sont accompagnées d'explications succinctes qui indiquent à quels points de l'article ces phénomènes sont reliés. 


  • Les relations deviennent facilement très intenses  

·      on s'exprime de façon plus complète, plus authentique, moins prudente, donc plus satisfaisante,

·      on invente l'autre comme on le voudrait,

·      on a l'impression d'être bien compris,

·      on n'a pas besoin d'assumer autant ce qu'on avance, on laisse plus de place à l'imagination et à la fantaisie.


  •   Les sentiments (positifs et négatifs) ont tendance à être plus forts  

·      on en exprime plus et plus librement,

·      on ne voit pas l'autre réagir à notre expression

·      on imagine les réactions de l'autre sans vérifier,

·      on perçoit moins les limites suggérées par les réactions de l'autre,

·      on invente l'autre en fonction de nos besoins et de nos peurs.


  • Les malentendus (positifs et négatifs) sont fréquents  

·      on répond à des attaques qu'on a en grande partie imaginées, ce qui dégénère en guerres verbales enflammées ("flame wars"), on répond à des sentiments qu'on imagine, ce qui permet de vivre des amours romantiques qui échappent à la réalité et au quotidien.


Il est facile d'utiliser les relations sur Internet comme compensation parce que la qualité de communication et d'expression qu'on atteint est souvent nettement supérieure à celle de notre vie quotidienne, parce que nous n'avons pas à nous assumer vraiment dans la relation virtuelle, parce que c'est la relation "personnelle" qu'on établit en premier, plutôt que celle qui s'appuie sur l'apparence ou l'attrait physique.  

 

Les limites des réseaux sociaux (Facebook ou Twitter)

  • Récolte et vente des informations personnelles à des entreprises privées

 

Depuis sa création, Facebook fait l'objet d'une controverse concernant le respect de la vie privée des utilisateurs. Le logiciel utilise en effet les informations personnelles des utilisateurs afin d'introduire des publicités adaptées à leur profil et vend les informations livrées par les utilisateurs à des entreprises privées, comme c'est indiqué dans sa charte concernant la vie privée. Cette charte indique par ailleurs que Facebook peut aller récolter des informations sur les membres à partir de sources extérieures comme les journaux, les blogs et d'autres sources sur Internet.


Les informations sur les utilisateurs sont également collectées par Facebook pour améliorer ses bases de données et permettre à ses clients de mieux cibler les publicités, en connaissant les comportements de consommation des utilisateurs de Facebook. Les sites tiers peuvent, grâce à Facebook Social Ads, utiliser les informations amassées par Facebook pour envoyer des publicités ciblées en fonction des différentes caractéristiques des profils. Ceux-ci pouvant par exemple contenir des données sur : la sexualité, le niveau d'études, les opinions politiques, la religion, les emplois occupés.


Le contrat passé avec les utilisateurs de Facebook spécifie que toutes les données entrées sur le site (messages, éléments de profils, photos etc.) ont leurs droits concédés sous licence à Facebook qui a le droit de les utiliser pour ses publicités, de les revendre à des tiers, de les sous-licencier. Le 4 février 2009, Facebook a modifié ses conditions d'utilisations et a inventé le principe d'une « licence perpétuelle sur tout le contenu déposé (articles, photos, vidéos...) par un utilisateur, y compris les contenus supprimés. Devant le tollé provoqué, l'entreprise a fait marche arrière deux semaines plus tard.


Beacon, le dernier logiciel publicitaire de Facebook en date permet à des sites Internet intégrant un script de Facebook d'envoyer des informations sur les actions d'un membre de Facebook sur leur site (un achat, un jeu, etc.) aux amis Facebook de ce membre, dans leur « newsfeed », ou de mettre ces informations dans son journal sur sa page personnelle. Cette forme de marketing est considérée comme très efficace, car elle passe par les réseaux sociaux et non par l'interpellation directe des personnes par la publicité.


Voici un extrait particulièrement significatif des conditions de cession de droits au profit de Facebook :

« vous nous accordez une licence non-exclusive, transférable, sous-licenciable, sans redevance et mondiale pour l'utilisation des contenus de propriété intellectuelle que vous publiez sur Facebook ou en relation à Facebook (« licence de propriété intellectuelle »). Cette licence de propriété intellectuelle se termine lorsque vous supprimez vos contenus de propriété intellectuelle ou votre compte (sauf si votre compte est partagé avec d'autres personnes qui ne l'ont pas supprimé) »

 

  • Conséquences de la divulgation de vie privée

 

Les informations sur la vie privée publiées sur Facebook peuvent être lues et utilisées par des personnes à qui elles n'étaient pas initialement destinées.


Certaines entreprises utiliseraient Facebook pour collecter des informations sur leurs employés tandis que des recruteurs s'en serviraient pour leur sélection de candidats : « Les recruteurs appuyaient parfois un refus d'embauche sur des détails privés ainsi collectés ». Par ailleurs, certains parents se servent de Facebook pour surveiller la vie de leurs enfants.


Les Renseignements généraux puis Direction centrale du renseignement intérieur peuvent aussi collecter des informations et compléter leurs fichiers types EDVIGE. C'est une forme de fichage volontaire. Ce qui lui a donné le surnom d'« Edvige Volontaire ». Des logiciels d'analyse de réseaux sociaux permettent cela et bien plus.


 

r_seauuu_sociaux